Logo

Logo

vendredi 28 août 2015

Première utilisation de Cura.

Les grandes chaleurs étant terminées (du moins pour l'instant), j'en profite pour sortir de ma torpeur.
Plus d'un mois s'est écoulé depuis le dernier post, il était temps que je m'y remette! J'en ai même oublié de fêter le premier anniversaire du blog...
 Voilà, c'est réparé.
Mais revenons à nos mouton.
Il y a quelques jours, j'ai vu que BCN3D Technologies proposait une version de CURA configuré pour la BCN3D+.
Étant curieux, je suis le lien suivant : https://github.com/BCN3D/BCN3D-Cura-Windows et télécharge le logiciel.
Ayant une impression à faire, déjà réalisée il y a déjà pas mal de temps, celle-ci va me servir à tester ce "nouveau" slicer.

J'ouvre donc Cura, puis charge le STL.
L'interface change beaucoup par rapport à Slci3r, mais on retrouve facilement ses petits.
J'apprécie particulièrement la représentation du plateau, plus agréable que le simple quadrillage de Slic3r.
Une fois les paramètres choisis, Cura effectue ses calculs et m'indique le temps d'impression, la longueur de fil nécessaire et le poids de la pièce. Là aussi, gros avantage par rapport à Slic3r qui ne donne que le volume.
Reste à savoir si ces données sont fiables...
Ensuite, petit coup d’œil au "maillage".
 La dessus, Slic3r garde l'avantage d'une meilleur visibilités des différentes couches.

Ma conclusion, suite à cette première utilisation : les deux logiciels sont assez proches et agréables à utiliser. A étudier un peu plus en profondeur pour voir si l'un se détache de l'autre ou non.

Mais l'interface n'est qu'un détail, le but étant quand même d'imprimer une pièce.
Donc c'est parti, je créé le fichier G.code en prenant le profil PLA High quality, mais en modifiant la hauteur de layer à 0,1mm.
Et je lance l'impression.
Les premières couches sont un peu plus lente qu'avec Slic3r, mais tout se passe bien. Une différence tout de même sur le remplissage : Slic3r  génère une couche dans un sens, puis dans le sens orthogonal pour la couche suivante alors que Cura réalise le quadrillage sur une seule couche, en choisissant un chemin optimal.

Après plus de cinq heures d'impression, le chat est terminé.
5h38 (en comptant le temps de préchauffage d'environ 10min)... à comparer avec les 5h27 prévus, on peut dire que la dessus Cura est fiable.
Le résultat est plus que satisfaisant.
Il ne me reste plus qu'à retirer la pièce de l'imprimante, et à la poser sur la balance :
 36g, exactement le poids donné par Cura!

Après retrait des supports, le poids définitif est de 33g.

Pour une première utilisation, je trouve Cura un peu plus conviviale que Slic3r, mais aucun des deux ne creuse l'écart. Un petit plus tout de même pour Cura en ce qui concerne l'indication du temps d'impression et de la quantité de plastique nécessaire, ce qui manque beaucoup à Slic3r.
Mais au final, le résultat est le même.

Il faudrait juste que je passe un peu plus de temps sur Cura, avec mes lézards par exemple, pour l'étudier un peu plus en profondeur.

1 commentaire: